CITY GUIDE VENISE

Cette année, pour la première fois, nous avons décidé de nous poser pour les vacances. pas de vacances itinérantes, juste profiter d’un lieu, et prendre le temps de l’apprécier.

Nous sommes des citadins impénitents et même en vacances, on aime découvrir de nouvelles villes pour l’architecture, les expos et les bonnes adresses. Néanmoins, nous avions envie de calme, nous avons donc décidé de retourner dans une ville que nous connaissons déjà : Venise (une des villes où nous aimons retourner avec Londres et Copenhague) .

Pas pour son côté romantique (c’est la 5° fois qu’on va retourner là bas, et nous ne sommes jamais montés sur une gondole), mais plutôt pour 2 aspects :

  • son calme. car oui, il est facile de sortir du flot de touristes en se perdant dans les ruelles de la ville. et surtout, pas de voiture, donc une ville tellement silencieuse.
  • sa vitalité. car oui, il y a aussi un Venise contemporain, ou en tout cas, en dehors des clichés et des sentiers battus.

Je vous invite donc à découvrir ce Venise « secret » et subjectif, avec quelques clés et adresses pour en profiter au mieux.

Si c’est la première fois que vous allez à Venise, un premier conseil : prendre la carte de transport ACTV pour le bus et le vaporetto, pour le plaisir de descendre le grand canal autant de fois que vous le souhaitez et vous rendre sur qq iles, comme Murano et ses ateliers verriers ou Torcello et sa cathédrale. (vous pouvez aussi coupler la carte de transport avec des visites pour composer votre voyage à la carte)

Et deuxième conseil : essayer de passer au moins une nuit sur place pour en profiter aux lueurs du jour ou en soirée. vous éviterez ainsi les flots de touristes aux horaires « classiques ».

Ca vous permettra notamment de visiter des sites majeurs avec nettement moins de monde et dans une atmosphère tellement particulière : la magie de la basilique Saint Marc et du palais des doges de nuit. évidemment, la visite n’est pas donnée (et en anglais), mais elle vaut le coup. vous aurez ces deux lieux emblématiques quasiment pour vous seul.

Sinon, vous pouvez aussi entrer dans la basilique après l’heure de fermeture pour assister à l’office. Par contre, le recueillement est la discrétion sont de rigueur. et ensuite visiter le palais des doges par vous même (jusqu’à 23h le vendredi et samedi avec la formule museums by the moonlight qui vous donne également accès à d’autres musées).

Et puisque vous êtes sur la place San Marco, avec pas trop de monde, autant en profiter pour vous arrêter au mythique caffe Florian. Surtout que la plupart des restos ferment tôt à Venise, donc prévoyez le dans votre planning.

Autre café, autre quartier, le café des Doges, derrière le Rialto. Vous pourrez en profiter avant d’aller faire un tour sur le marché du Rialto un matin. Et toujours dans le coin, vous pouvez aller voir la drogheria Mascari, plus ancienne épicerie de Venise : un régal pour les sens.

Ca y est, vous êtes en appétit, alors voici 2 restos que je vous conseille :

  • la zucca (toujours quartier San Polo, mais un peu plus haut) : charmant et délicieux, avec des spécialités plutôt végétariennes et inventives (zucca signifie citrouille). j’ai d’ailleurs un souvenir ému du flan au potiron, leur spécialité 🙂
  • le restaurant de l’hôtel Bauer (quartier San Marco). Les plats ne sont pas donnés, mais sont vraiment très bon. Et petit plus, la terrasse sur le grand canal, en face de la Punta della Dogana (l’un des deux musées de la fondation Pinault)

Super transition pour parler des musées et fondations d’art moderne et contemporain :

  • la fondation Pinault donc avec la Punta della Dogana déjà citée et le palazzo Grassi. Cette année la programmation a l’air incroyable avec l’exposition de Damien Hirst, « treasures from the wreck of the unbelievable » : trésor sous-marin imaginaire, avec des pièces monumentales.
  • le musée Peggy Guggenheim, situé dans un palais le long du grand Canal, il présente des oeuvres d’artistes majeurs de l’art moderne : Picasso, Calder, Mondrian, etc.
  • évidemment la biennale (d’art les années impaires et d’architecture les années paires), sur ses deux sites principaux : le giardini avec les pavillons des pays, et l’arsenal, de longs entrepôts. C’est pour cet évènement que nous revenons à Venise, et chaque fois, c’est des découvertes incroyables. Cette année, le thème est « viva arte viva » (de mai à novembre 2017)

En off de la biennale, il y a aussi d’autres lieux de Venise qui célèbrent l’art. Cette année, j’ai noté deux expos en particulier :

  • sur l’ile de Murano, une installation dans un ancien atelier de verre ramené à la vie et qui a l’air tout aussi magique, la « unplayed notes factory » de Loris Gréaud : il fait jouer le verre et le feu…
  • le palazzo fortuny (jusque là, on n’a jamais pu le visiter soit à cause de travaux, soit parce qu’on est passé le jour de la fermeture). j’espère que cette fois sera la bonne ! D’autant que l’expo orchestrée par l’antiquaire star Axel Vervoordt, « Intuitions », dans un esprit cabinet de curiosités qu’il traduit à chaque fois, a l’air mystique et mystérieuse.

Dans un même esprit cabinet de curiosités, je vous recommande également le musée d’histoire naturelle, qui mixe des salles à la muséographie traditionnelle avec d’autres à la scénographie contemporaine.

Passons maintenant à la case shopping, avec quelques adresses en vrac :

Dans un tout autre genre, la Fondaco Dei Tedeschi, bâtiment mythique de la ville, transformé depuis peu en grand magasin par LVMH (par sa filiale duty free DFS en fait), sous la houlette de l’architecte Rem Koolhas et du designer Philippe Starck (notamment). L’identité du lieu a été respectée, laissant les différentes époques d’occupation visibles. C’est également un lieu multiple, proposant à la fois une vitrine aux artisans d’art vénitiens, le restaurant AMO tenu par le chef étoilé Massimiliano Alajmo, un espace d’exposition, et une terrasse avec une vue imprenable sur la ville et le grand Canal.

venise-cityguide-3

Et puisqu’on parle de vue sur la ville, deux autres points de vue uniques :

  • le campanile de San Giorgio Maggiore (bâti sur le même modèle que celui de la place Saint Marc, et qui offre l’avantage d’avoir une vue imprenable sur… le campanile de San Marco, la place, mais aussi les iles environnantes)
  • la terrasse du Hilton Molino Stucky sur l’ile de la Giudecca. Le cadre est assez standard, par contre, la vue au soleil couchant à l’heure de l’aperitivo est très agréable.

On arrive donc à l’aperitivo, vous pourrez découvrir de nombreux bacari où déguster un spritz ou un prosecco au gré de vos flâneries pour faire comme les vénitiens et profiter de la Dolce Vita

venise-cityguide-2-spritzvenisecityguide-kc-14

crédits photo : toutes les photos sont les miennes, y compris le paper art, sauf les 3 présentant des expos en cours issues directement des sites du Palazzo Fortuny, du palazzo Grassi et de l’expo « unplayed notes factory ».

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s