nouvelles adresses food, le nouveau graal des grands magasins

on était plutôt habitué à voir les grands magasins se concurrencer sur le secteur de la mode ou de la beauté. Si on en croit les derniers gros chantiers, le nouveau domaine porteur, c’est… la food.

enfin, entendons, nous les bons produits, de qualité, voire de luxe, bien sûr.

d’ailleurs on a vu fleurir récemment de nouvelles « épiceries » sur ce créneau, comme la maison Plisson ou Causses (j’en parlerais peut-être dans un autre article spécifique, si ça vous intéresse)

mais revenons aux grands magasins : à 2 mois d’intervalle, c’est 2 acteurs majeurs qui ont ouvert de nouvelles adresses :

  • une deuxième grande épicerie rive droite, rue de passy pour le Bon Marché.
  • le printemps du goût pour le Printemps, qui innove car c’était le seul à ne pas avoir de rayon gourmand.

Il y a quelques années, c’est les galeries lafayette qui avaient eux aussi agrandi leur espace gourmet.

Petite revue de détail de ces 2 adresses.

Commençons par la Grande Epicerie puisque c’est la première qui a ouvert. Propriété du groupe LVMH, elle remplace l’ancien grand magasin Franck & Fils, dans le XVI°, lui aussi appartenant au groupe. (d’ailleurs vous avez noté le grand jeu de chaises musicales entre les lieux des marques LVMH ces derniers temps : le flagship Louis Vuitton qui vient s’installer à la place de Guerlain rue Saint Honoré par exemple)

Bref, la Grande Epicerie donc. A l’extérieur, on est accueilli par de grandes façades végétalisées, bouffée d’air et de fraicheur.

A l’intérieur, pas de révolution pour ceux qui connaissent l’original, rue de sèvres, on est bien à la grande épicerie, à part bien sûr que l’offre se déploie sur 4 niveaux au lieu de 2. c’est les équipes du groupe qui ont officié : on retrouve les mêmes codes de bois, mobilier et signalétique en métal noir.

Par contre, quelques points forts ponctuent les espaces :

  • une très belle cave voûtée en briques accueille les vins et spiritueux au sous-sol
  • comme rue de Sèvres, les comptoirs frais du rez-de-chaussée sont magnifiés par de superbes mosaïques oeuvres de Mathilde Jonquière
  • un chaudron en cuivre géant, réalisé par Mauviel, présente les confitures au premier étage.
  • au dernier étage, un restaurant, le « rive droite » tenu par la chef Beatriz Gonzalez prend place sous la coupole de verre.

L’offre quant à elle fait tourner la tête : 30 000 références venues du monde entier, dont 1500 alcools, 350 tablettes de chocolat, 150 eaux minérales ou 100 variétés de chips… Cette surenchère de chiffres peut être trompeuse (voire déceptive ?). sur place, je n’ai pas eu vraiment le sentiment que l’offre soit TELLEMENT plus importante que la maison mère notamment., même si elle est évidemment très large.

Encore un petit creux ?

Alors, passons maintenant au Printemps du Goût. Comme je vous le disais en introduction, le Printemps n’avait pas encore d’espace gastronomie, tout était donc à inventer.

Première innovation, non négligeable par rapport aux concurrents : ils ont décidé d’installer cet espace aux 7° et 8° étages du magasin principal, désormais dédié à l’homme. Avant d’y aller, je trouvais ce choix étrange, mais sur place, aucun doute : la vue imprenable sur Paris fait toute la différence. Même par temps gris, quel plaisir de voir l’opéra, la madeleine ou la tour eiffel au loin (c’est moi qui suis midinette et naïve, avec une âme d’enfant, ou pour vous aussi, c’est toujours un plaisir ?). Et il y a même un accès extérieur.

Bref la vue dégagée contribue à la sensation d’espace, même si chaque niveau ne fait « que » 900m2. Et finalement le point d’orgue, c’est cette vue. il n’y a donc pas de « geste fort » architectural : une coque en noir et bois, assez intemporelle, comme la grande épicerie. les comptoirs d’esprit art déco sont en mosaïque noire surlignée de motifs épurés en laiton.

Autre parti pris, l’offre proposée est exclusivement made in France. Et ce choix me parait plutôt malin. l’espace n’est pas immense, donc plutôt que de devoir faire des choix arbitraires, ils proposent les meilleurs produits français. Notamment en s’alliant à de grands noms du goût comme Gontran Cherrier pour la boulangerie,  ou Christophe Michalak pour la pâtisserie (bon, oui, vous l’aurez compris, mes goûts vont plutôt au sucré, mais il y a aussi Akram Benallal et Laurent Dubois).

Au septième, vous trouverez donc notamment l’épicerie fine et la cave, ainsi qu’une librairie et un espace cadeaux. ce dernier propose des paniers et autres coffrets gourmands. la grande épicerie propose également ce service, mais il m’a moins marqué. peut-être n’y avait-il pas d’espace vraiment dédié.

Et au huitième, le marché avec ses comptoirs frais et ses espaces de dégustation, tournés vers l’extérieur pour profiter pleinement de la vue (vous avez d’ailleurs des mange debout également au 7° et un autre espace de restauration.)

Bref, vous aurez peut-être noté une petite préférence de ma part pour le Printemps du Goût. Parce qu’on connait déjà la Grande Epicerie ? A mon avis, surtout parce qu’elle a été trop « survendue » dans les articles avant son ouverture.

je vous laisse vous faire votre propre opinion. n’hésitez pas à la partager ici.

bonne dégustation ✨

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s